DU     B L E U     R O I       AU     B L E U     N U I T

Vanessa Gemayel est une représentante des plus marquantes de la nouvelle peinture libanaise.

Cette jeune femme a choisi de décliner, tableaux par tableaux, ses engagements enluminant les pages blanches des cimaises.

Ce Peintre, née pendant la guerre, pourrait être la fille méditerranéenne de l’Artiste Autrichien Hundertwasser militant pour l’environnement, auteur du manifeste :

« Ton droit de fenêtre, le devoir d’arbre »

Vanessa Gemayel met en scène sa ville, son Beyrouth qui dans ses premières œuvres envahit toute la toile rendue lumineuse par la richesse des façades de pierreries… parure de princesse orientale.

Mais, lucide, elle connait aussi les coulisses derrière le décor séducteur, les bouts de ficelle, les rouages de la machinerie qui peut faire passer l’éclairage de la scène du bleu roi au bleu nuit.

  • Manifeste –

Acte I

« J’ai rêvé d’une ville où les toits seraient des pâturages, les moutons des nuages… »

Acte II

« On m’a caché la mer ».

De grands aplats ont envahi ses premières images, montagnes, mer et ciel lacéré écrasent la ville qui se dérobe comme une danseuse de tango sur un sol glissant.

Vanessa, sais-tu que le sable de la mer fragilise le béton, ronge les armatures, le sel marin attaque les gonds, les embrasures ??

Ils vont achever la construction de la Sagrada Familia mais même la dernière pierre posée, ils ne pourront sceller l’Utopie.

                                                                                                            Jean-Dominique Jacquemond

                                                                                                            Critique et Historien d’Art

                                                                                                            Paris, Août 2015