J -2 – Des mots bleus…

Aujourd’hui, c’est l’accrochage des tableaux, mon coeur au bout du fil, mes rêves bien en face sur fond blanc. Ce serait drôle de les faire danser, comme des marionnettes et puis une petite allumette, que le tout prenne feu, feu mes souvenirs qui dansent dans mon bleu des ténèbres. 

  • Les Mots bleus est une chanson de Christophe sur des paroles de Jean-Michel Jarre, parue initialement sur l’album Les Mots bleus en 1974 et magnifiquement interprétée par Alain Bashung.

Blue Valentines – Tom Waits

#unemélodiedansmonbleu #hommage #musique #peinture #expo

She sends me blue valentines all the way from Philadelphia
To mark the anniversary of someone that I used to be
And it feels like a warrant, out for my arrest
Baby you got me checkin’ in my rear view mirror
So I’m always on the run that’s why I changed my name
And I didn’t think you’d ever find me hereTo send me blue valentines, like half forgotten dreams
Like a pebble in my shoe as I walk these streets
And the ghost of your memory, baby is the thistle in the kiss
Is the bugler that can break a roses neck
It’s the tattooed broken promise, I gotta hide beneath my sleeve
I’m on a see you every time I turn my backShe sends me blue valentines though I try to remain at large
They’re insisting that our love must have a eulogy
Why do I save all of this madness in the nightstand drawer?
There to haunt upon my shoulders, baby I know
I’d be luckier to walk around everywhere I go

With this blind and broken heart that sleeps beneath my lapel

And stales this blue valentines, remind me of my cardinal sin
I can never wash the guilt or get these bloodstains off my hands
And it takes a whole lot of whiskey to make this nightmares go away
And I cut my bleedin’ heart out every nite
And I’m gonna die just a little more on each St. Valentine’s day
Don’t you remember, I promised I would write you these blue valentines
Blue valentines, blue valentines

Songwriters: Tom WaitsBlue Valentines lyrics © Multiplier Publishing, FIFTH FLOOR MUSIC INC


Une mélodie dans mon bleu – Introduction, JDJ

LES AILES DES CIMES

V. – Les ailes des cimes
acrylique sur toile, 56x70cm, 2019

Vanessa découvrit qu’un pinceau était une baguette pouvant apporter de la couleur à ses grises pensées.

Le peintre avait alors costumé sa ville de Beyrouth de chatoyants habits, les façades se couvraient de pierreries, les fenêtres de broderies ; les murs dansaient, enlaçant les vieilles demeures, aux couleurs du carnaval de Venise.

Après le succès de ses premières expositions, elle remarqua dans ses toiles l’absence des hommes, de leurs silhouettes, des arbres et de leurs ombres.

A cette époque, elle signe le manifeste « Nous voulons des arbres » et intervient au colloque de l’Université du Saint Esprit de Kaslik, sur l’environnement.

Elle quittera la capitale pour la montagne de Bikfaya.

Aujourd’hui, faisant face aux « Ailes des Cimes », Vanessa mue son pinceau en baguette de chef d’orchestre. Aussi, devant le chevalet, pupitre, cette amoureuse de la musique fait sonner les cors, envoler les cymbales, le violon devient palette, sa gestuelle déplace les montagnes, brosse les ciels, pétrit les nuages.

Rouge pourpre, jaune amer, le jeu de la séduction a fait place à la violence d’un souffle expressionniste qui souhaite montrer que le vert peut être de la couleur d’un tesson tranchant de bouteille, que le soleil qui aveugle Van Gogh peut tuer les abeilles après avoir butiné leurs cœurs empoisonnés …..

J’ai lu que dans les pépinières, on mettait de la musique classique pour faire rougir les tomates dont les pieds ne touchaient pas le sol  

…la Culture « Hors Sol »…

                                                                        Jean Dominique Jacquemond

                                                                            Historien d’art

                                                                          Paris, France – 27/01/2019

Les Filles Désir – Vendredi sur Mer

J’écris des chansons, je n’les chante pas
Et ton nom, je n’le dis pas
C’est des histoires que tu t’inventes
Romance d’un soir si ça t’enchante
Faut pas le dire mais c’était court
Faut pas l’écrire ça pue l’amour
Ca sert à rien pourquoi courir
Il y en a plein des filles désir
Ce que tu touches tu le détruis
Mon corps se couche sur ton ennui
J’ai fait l’impasse sur les mots doux
Comme une terrasse en plein mois d’août
Fait pas semblant car je le sais
Tu ne m’aimes que parce que je te hais
Mais c’est pas grave, tant pis
J’prendrai un taxi
La possibilité de t’aimer comme gravir une montagne
J’l’ai déjà envisagé, tu peux sortir le champagne
Je veux commencer quelque chose de nouveau
Laisse-moi espérer un avenir plus beau
J’ai loué une voiture
J’suis parti à la mer
Toute seule, j’te jure,
Voyage en solitaire
J’écris des chansons, je n’les chante pas
Et ton nom, je n’le dis pas
C’est des histoires que tu t’inventes
Romance d’un soir si ça t’enchante
Faut pas le dire mais c’était court
Faut pas l’écrire ça pue l’amour
Ca sert à rien pourquoi courir
Il y en a plein des filles désir

Le centre ville est mort – Plantez-y des arbres à la place!


Le centre ville est mort

acrylique sur toile, 80x100cm, 2018

 

Nous Voulons des Arbres,

Grands, Petits, d’une espèce noble ou pas,

Nous Voulons des Arbres

Toutes les Essences de notre pays y seront rassemblées,

Nous demandons l’ombrage de leurs frondaisons, la protection de leurs feuillages

Nous voulons que les parfums, les cris des enfants portent comme un vent violent et chassent la ville avec ses bruits, ses odeurs.

Nous demandons que l’on fonde le mot « Canons » et qu’il soit remplacé par Place des Jasmins.

Le Peuple, les animaux, les oiseaux, les abeilles se diront alors :

On va à la forêt

Nous voulons beaucoup d’Arbres.

Jean Dominique Jacquemond – écrivain

Décembre 2016