J’écris des chansons, je n’les chante pas
Et ton nom, je n’le dis pas
C’est des histoires que tu t’inventes
Romance d’un soir si ça t’enchante
Faut pas le dire mais c’était court
Faut pas l’écrire ça pue l’amour
Ca sert à rien pourquoi courir
Il y en a plein des filles désir
Ce que tu touches tu le détruis
Mon corps se couche sur ton ennui
J’ai fait l’impasse sur les mots doux
Comme une terrasse en plein mois d’août
Fait pas semblant car je le sais
Tu ne m’aimes que parce que je te hais
Mais c’est pas grave, tant pis
J’prendrai un taxi
La possibilité de t’aimer comme gravir une montagne
J’l’ai déjà envisagé, tu peux sortir le champagne
Je veux commencer quelque chose de nouveau
Laisse-moi espérer un avenir plus beau
J’ai loué une voiture
J’suis parti à la mer
Toute seule, j’te jure,
Voyage en solitaire
J’écris des chansons, je n’les chante pas
Et ton nom, je n’le dis pas
C’est des histoires que tu t’inventes
Romance d’un soir si ça t’enchante
Faut pas le dire mais c’était court
Faut pas l’écrire ça pue l’amour
Ca sert à rien pourquoi courir
Il y en a plein des filles désir

Published by Vanessa

« Vanessa Gemayel met en scène sa ville, son Beyrouth qui dans ses premières œuvres envahit toute la toile rendue lumineuse par la richesse des façades de pierreries... parure de princesse orientale.
Mais, lucide, elle connaît aussi les coulisses derrière le décor séducteur, les bouts de ficelle, les rouages de la machinerie qui peut faire passer l’éclairage de la scène du bleu roi au bleu nuit… »

- Extrait du texte du critique et historien d’art Jean-Dominique Jacquemond, Du Bleu Roi au Bleu Nuit, pour l’exposition On m’a caché la mer à la galerie Aïda Cherfan Fine Art, Novembre 2015.